La pyrale du tronc sur Pin Maritime

pin maritime atteint par pyrale du troncLe champignon pathogène ( Sphaeropsis sapinea ) plus répandu sur pin noir, et capable sphaeropsis sapineade coloniser des branches entières, voire la totalité de l’arbre en situation de stress ( sécheresse, blessures par la grêle ) .

Au niveau du tronc , la cochenille spécifique de l’essence ( M. Feytaudi ) s’installe dans les anfractuosités de l’écorce ( formées à partir de 10.12 ans ) afin de loger ses stylets dans le liber, induisant des écoulements fins de résine, et, au plan physiologique, affaiblissement ( par le prélèvement de sève élaborée ) et phytotoxicité ( enzymes salivaires ).

Ces écoulements constituent un signal pour la pyrale du tronc ( Dioryctria sylvestrella ) , les papillons adultes venant pondre dans les fissures corticales. Les chenilles se nourrissent du phloème, formant une poche de forme irrégulière sous l’écorce. Cette activité, qui se traduit par des écoulements de résine en forme de pralines, affaiblit les arbres , entraine un déclassement du bois ainsi qu’un risque de bris continu.

dioryctria sylvestrellaLa pyrale peut s’installer indépendamment de la cochenille .

chenille dioryctria sylvestrella